Ce que nous aimons dans le parachutisme

Il est maintenant confirmé que je ferai mon premier essai de parachutisme, c’est fixé pour la semaine prochaine si tout se passe selon le programme d'entraînement. Ça fait plus d'un an que je nourrissais cette idée, et voilà que ça se profile. Je suis enthousiaste : finalement, voilà une chose que je pourrai tracer de ma liste de choses à faire sur le long terme.

Je l'avais toujours prévu, de me lancer dans le parachutisme cet été, mais les choses ont passé à une telle vitesse que je devais me décider pour de bon. C’était devenu maintenant ou jamais et je ne voulais pas laisser passer plus de temps. Je suis tellement impatient ! Pas nerveux encore et probablement pas jusqu'à ce que je me jette dans le vide, là ... peut-être je ne serai pas nerveux du tout ? Il est difficile de visualiser la situation, mais je ne pense pas que je puisse dire avoir peur de sauter.

En fait, s’il s’agissait d’un saut depuis le sommet d'un gratte-ciel, ou quelque chose de semblable comme, je ne sais pas : la tour Eiffel, ou un bâtiment gigantesque, ce serait différent. Un saut à l'élastique avec du ciment dessous, là oui, ce serait très différent, mais à 10'000 mètres d’altitude, la terre est basse!

Il est prévu que je fasse un saut en tandem, ce qui signifie que je vais être attaché à un pro. J’aurais pu faire un saut régulier, mais ce ne serait pas en chute libre, et apparemment, c’est la meilleure sensation, alors c’est vraiment ce que je voudrais vivre. Quoi qu'il en soit, je me réjouis de cette sensation de voler, d’être en apesanteur alors que je serai en train de tomber à une vitesse vertigineuse, avant d’être rattrapé vigoureusement par le parachute au moment où il s’ouvrira.